art de vivre, cuisine
Laisser un commentaire

10 CHOSES À CHANGER POUR UNE CUISINE PLUS ÉCOLO

Il y a quelques semaines, lors d’un repas chez une amie, j’ai fais la rencontre de Laurence Lambert-Chan, co-fondatrice du blogue Les Cocos Écolos. J’ai eu un coup de coeur instantané pour cette femme extraordinaire!  De fil en aiguille, j’ai eu la chance de rencontrer l’autre belle moitié du blogue: son conjoint Benjamin. Ce couple montréalais, en combat amical avec leurs déchets et leurs possessions, forment tout un duo! Leur histoire est passionnante et inspirante. Aujourd’hui, c’est à titre de collaborateurs au blogue Vert Couleur Persil que Les Cocos Écolos vous présentent cet article fort intéressant. DIX CHOSES À CHANGER POUR UNE CUISINE PLUS ÉCOLO : est à lire absolument! Continue à lire plus bas pour débuter la lecture de l’article.

J’en profite également pour vous annoncer que ce n’est que le début, il y aura d’autres projets à venir entre Les Cocos Écolos et Vert Couleur Persil. À suivre…


Chez les Cocos écolos, on passe le plus clair de notre temps dans la cuisine. Lorsqu’on a amorcé notre démarche pour un mode de vie zéro déchet, on a réalisé qu’on avait bien des petites choses à remplacer dans notre cuisine et des habitudes à changer. Et tu sais quoi? Ç’a été super facile. Voici 10 éléments que tu peux changer sans trop d’efforts et avec beaucoup de plaisir

  1. L’éponge de cuisine

L’éponge de type Scotch-Brite est omniprésente dans nos cuisines, dans les publicités… et dans l’environnement. Ces éponges sont remplies de produits chimiques dont le méchant triclosan, un agent antibactérien. On en retrouve un peu partout : dans la pâte à dents, les mouchoirs en papier, les désinfectants pour les mains, les détergents, les jouets, etc. (On te rassure, il y a des alternatives naturelles à tous ces produits-là.) Pourquoi est-ce si méchant? C’est un perturbateur endocrinien, c’est cancérigène, toxique… a-t-on besoin d’en rajouter?

Tu peux remplacer ton éponge par une guenille, un tawashi (une petite éponge crochetée réutilisable) ou par une luffa. La luffa, c’est un de nos produits préférés. Il s’agit d’une courge dite « éponge », pelée et séchée, que tu coupes en morceaux si tu l’achètes entière. Tu peux t’en servir pour la vaisselle ou la douche. C’est merveilleux et compostable!

IMG_6925

La courge luffa

2. Le papier essuie-tout (Scott Towel)

C’est peut-être utile pour ramasser les dégâts un peu dégoûtants, mais de façon générale, c’est très facile à remplacer. “Mais on peut le composter !” C’est vrai, sauf que lorsqu’on y pense froidement, il y a des ressources importantes qui sont déployées pour faire des rouleaux de Scott Towel : la coupe des arbres, le transport, le traitement chimique du papier, les agents blanchissants, l’emballage, etc. On peut éviter tout cela en utilisant une bonne vieille guenille. Pour nettoyer les dégâts liquides, on est de grands fans de Kliin, un essuie-tout hyper absorbant, réutilisable, lavable à la machine ou au lave-vaisselle et compostable en fin de vie.

3. La pellicule extensible (Saran Wrap)

Quand tu enlèves le Saran Wrap de ton plat, il est roulé en boule et jeté à la poubelle. On ne connaît personne qui le plie soigneusement et qui use de toute sa patience pour le réutiliser par la suite. Le mieux pour remplacer la pellicule de plastique, ce sont les tissus imbibés de cire d’abeille de type Api-Flex. Les Api-Flex, faits par une petite famille d’apiculteurs à Brébeuf, viennent en plusieurs tailles. Ils sont très faciles d’entretien (un peu de savon à vaisselle, on rince à l’eau froide et on laisse sécher sur le robinet de la cuisine). Ils sont bons pour tout, sauf pour envelopper de la viande crue.

4. Les sacs Ziploc

Il y a maintenant une grande sélection de sacs à collations réutilisables en tissu munis d’une fermeture éclair. On s’en sert beaucoup en voyage, pour transporter des noix, des fruits séchés ou des sandwichs. Ils se lavent super bien et sont tous plus mignons les uns que les autres. On adore la compagnie Fabrik Eco, Omaïki et MH Collection de La Mère Hélène.

5. Les sacs en plastique

Mets-tu tes fruits et légumes dans des sacs en plastique de l’épicerie pour les conserver ou les réunir ensemble? Ou peut-être un sac de conservation en plastique pour ton pain? Tu peux troquer tout ça pour des contenants ou des sacs en tissu. Pour le pain, tu peux aussi garder un sac en plastique de conservation et le réutiliser, ou alors déposer ton pain dans un plat hermétique. Pour les légumes, pas besoin de les étouffer dans du plastique. Ils sont très bien tout nus, parole de Cocos! Quand tu fais ton épicerie et que tu ne veux pas mettre une poignée de choux de Bruxelles au fond de ton panier (si tu fais ça, on veut une vidéo de toi à la caisse), privilégie plutôt les sacs réutilisables en coton ou en nylon, ou alors de jolis filets de type Saksac.

IMG_6883

6. Les serviettes en papier

On le sait, c’est une solution facile, c’est compostable, pas besoin de laver, etc. Au restaurant, on refusait automatiquement les serviettes en papier, mais on a réalisé qu’elles se ramassaient quand même à la poubelle. On a donc lâché prise sur le sujet, sauf si on nous offre une serviette jetable directement. Mais chez nous, on ne peut pas concevoir d’acheter quelque chose dont on va à peine se servir, qui a pris énormément de ressources pour être fabriqué (comme les Scott Towel) et qui peut être simplement remplacé par un carré de tissu qu’on enverra valser nonchalamment dans la laveuse après coup. Ça ne coûte pas cher (allo le Village des valeurs) et au bout du compte, ça devient même économique.

7. Les produits nettoyants

Un nettoyant pour le comptoir, un nettoyant pour l’évier, un nettoyant pour décrasser les casseroles, une éponge SOS… Tes armoires débordent? C’était le cas des nôtres aussi, jusqu’à ce qu’on commence à faire notre nettoyant tout usage. Comment? Tu conserves tes pelures d’agrumes, tu les mets dans du vinaigre, tu attends 2 semaines et tu as un beau nettoyant. Pas compliqué et bien moins cher que du Monsieur Net!

Pour les casseroles qui nécessiteraient un petit nettoyage à l’éponge SOS, on a une recette infaillible qui rendra tes casseroles et poêles comme neuves et qui économisera de l’huile de coude : un peu de bicarbonate de soude, une goutte de savon à vaisselle et de l’eau. Tu chauffes tout ça sur la cuisinière jusqu’à ce que ça frémisse, tu laisses refroidir et tu passes un coup de luffa au fond. C’est ma-gi-que. Si c’est ultra collé et que tu penses devoir jeter ta poêle, n’aies crainte! Ajoute un peu de peroxyde d’hydrogène (mais on n’en a jamais trouvé en vrac, malheureusement) et tout partira avant même que tu aies eu le temps de chercher une nouvelle poêle en rabais chez La Baie.

8. Apprendre à bien conserver ses aliments

Le gaspillage de nourriture est une vraie plaie, et personne n’est à l’abris d’un tupperware oublié ou d’un écosystème en pleine croissance dans le tiroir à légumes. Informe-toi sur la meilleure façon de conserver les légumes, les fruits et es fines herbes. Certains aliments accélèrent le processus de mûrissement de leur voisin alors que d’autres le freinent. Certains fruits doivent être laissés sur le comptoir, d’autres doivent avoir les pieds dans l’eau, etc. Une recherche s’impose!

9. Valoriser les fruits et légumes fatigués

Les épluchures de légumes font un excellent bouillon. Tu les accumules au congélateur dans un plat hermétique, et lorsque tu en as assez, tu en fais un bon bouillon de légumes. Si tu as mangé un poulet, conserve la carcasse et tu peux l’ajouter aux épluchures de légumes dans la casserole pour un bouillon de poulet. Les légumes encore comestibles mais fatigués peuvent être rôtis puis mis en purée pour une crème réconfortante. Les fruits très mûrs peuvent se transformer en gâteau, en smoothie, en sorbet, etc. D’ailleurs, on a fait une petite vidéo à ce sujet, mais la reine du zéro gaspillage alimentaire, c’est Florence-Léa Siry. Son livre est une vraie bible pour donner une autre vie aux aliments avant leur voyage ultime dans le bac brun. 

10. Composter

Pour rendre sa cuisine plus écolo, composter demeure un must. Si tu as la chance d’habiter à un endroit où la ville ramasse le compost, c’est fantastique. Sinon, tu peux te tourner vers un composteur dans ta cour ou tenter l’expérience du vermicompostage. Tu veux composter, mais tu as peur des insectes et des odeurs? On te conseille de le garder au frigo ou au congélateur. Si tu es aux prises avec une armée de mouches à fruits, mets un peu de vinaigre de vin rouge, un fond de vin ou de bière dans un verre avec une goutte de savon à vaisselle. Des fois, on ajoute une queue de fraises ou un autre reste de fruits. Les mouches à fruits ne peuvent résister et trouveront une douce mort fruitée.

Finalement, on te suggère d’y aller un petit pas à la fois. Verdir son mode de vie, ça prend du temps et de la patience… mais ça fait tellement du bien!

Collection zéro déchet_compost

Crédits photos: Les Cocos Écolos


Qui sont les Cocos Écolos ? Les Cocos, c’est mon mari, Benjamin Gendron-Smith, mixeur sonore. Moi, Laurence Lambert-Chan, pianiste classique. On est un couple montréalais en combat amical avec nos déchets et nos possessions. Depuis le 1er janvier 2016, on se déleste de petites choses futiles et inutiles, comme de notre poubelle. Quelques années et quarante-douze pots Mason plus tard, on peut affirmer que nous avons tenu notre promesse, et nous sommes allés bien au-delà de nos plus grandes aspirations de « néoécolos ». Pour en savoir plus, tu peux consulter notre blogue : lescocosecolos.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s